Avertir le modérateur

23 décembre 2008

Primaire comme trois couleurs

Primaire, primeur, primevère : vivement le printemps. Un thème qui n’est pas sans rappeler les détriplements quadrichromiques de l’hiver dernier.

Compile Pop Ladies – Album Gravity at last d'Ayo.

popladies.jpg
ayo.jpg


Image d'ouverture d'une vente Puma sur un site marchand, mars 2009 :

puma.jpg

Couverture magazine Trax novembre 2008 – Pub pour la ville de Montpellier.

trax.jpg
montpellier.jpg




Pub pour  les Audi Talent Awards, le programme de mécénat artistique de la firme Audi France.

audi.jpg


Promo de CB Web, le supplément web du magazine CB News.

cbnews.jpg

22 décembre 2008

ABC = Avant-garde, Bodoni, Conduit

Dans son hors série VIP de fin d’année, L’Express explique et décrit les caractères typos utilisés dans ses pages.
Une démarche “pédagogique” que pour ma part j’adorerais voir se généraliser. Parce que la typographie me passionne,
et parce que les choix de direction artistique dans la presse ne sont que très rarement justifiés, partagés avec
les lecteurs, contrairement aux choix éditoriaux. Ainsi L’Express nous suggère-t-il ce qu’il entend par “VIP” : amateur
de luxe à fort pouvoir d’achat, certes, mais doté d’un supplément d’âme. Un lecteur suffisamment esthète et cultivé
pour s’intéresser au nom, à l’histoire et aux connotations de tel ou tel caractère typographique.

expressevipdetail.jpg

expressvipcouve.jpg

19 décembre 2008

Je rêve donc je suis

Après le célèbre “I have a dream” de Martin Luther King, signature de sa campagne printemps été 2008,
Meltin Pot revient sur le Vieux Continent et emprunte à Descartes son “Je pense donc je suis”,
tout en gardant le thème du rêve, exploité cette fois dans l’univers des contes, mythes et légendes.
Cela aurait pu donner “I dream therefore I am”, mais on a préféré faire simple : “I dream. I am”. Je ne résiste
pas à la tentation de préciser que cette figure consistant à supprimer les liens logiques dans un énoncé
s’appelle l’asyndète (j’ai appris ce mot tout récemment en lisant Roland Barthes).

La Belle et la bête s’invitent au bal d’Edgar Poe.

meltinpot2.jpg

Une Belle au bois dormant bientôt galvanisée par la Fureur de vivre.
meltinpot3.jpg

Le jugement de Pâris rencontre le Manège enchanté.
meltinpot1.jpg

18 décembre 2008

Saturday : saturée

Après les titres de la presse people, rebaptisés féminins people (Public, Closer puis Voici), c’est au tour du magazine
Elle de changer son jour de parution du lundi au samedi. Pour moi, ce n’est pas une bonne nouvelle. Le week-end,
je me plais à prendre le temps de feuilleter la presse “du jeudi” (L’Express, Match, Courrier international, Nouvel Obs…)
et me fends de quelques petits extras : madame Figaro, Libération Next, JDD, Le Monde 2, etc. Sans les people
et surtout sans Elle, que me reste-t-il à découvrir le lundi matin pour bien démarrer la semaine ?

elle samedi.jpg

19:18 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : elle, public, closer, voici

Où avais-je la têtière ?

Un peu de vocabulaire journalistique. La têtière est le mot ou groupe de mots placé dans le coin
supérieur d’une page de magazine. Ce peut être le titre d’une rubrique, un mot-clé qui donne
le ton ou n’importe quelle fantaisie permettant d’accrocher, au même titre que le… titre, l’intérêt
du lecteur. Quant à l’ouverture, c’est la double page qui ouvre un sujet long de plus de trois pages. 
Petit couac rigolo dans le numéro de décembre 2008 du magazine Cosmopolitan.
En haut à gauche, la “tétière ouverture” attend toujours désespérément d’être baptisée…

cosmo.jpgcosmo zoom.jpg

 

 

09 décembre 2008

L'art et la bannière

Ce blog est resté silencieux pendant cinq mois, pour cause de fatigue due à une double grossesse… Maintenant
que me voilà de retour, bien que toujours enceinte, j’en profite pour changer ma bannière. Conformément
à ce qui était prévu à l’ouverture de ce blog en octobre 2007, l’image est constituée de cinq extraits des campagnes
de la saison.
Elle est donc supposée changer à chaque saison. Pour info, voici les visuels de l'automne/hiver
08/09 dans leur intégralité. Les aviez-vous reconnus ?

Marithé et François Girbaud :

MFGirbaud.jpg

Eastpak – Alexander McQueen :

eastpak.jpg

McQueen.jpg

Bocage – Kanabeach :

bocage.jpgkanabeach.jpg

07 décembre 2008

Leitmotiv réel et sérieux

Papiers peints, carrelages, verrières et tissus d'ameublement jouent à cache-cache avec les imprimés
et la couleur ou, au contraire, mettent en relief l’uni et le noir.

Missoni 08/09 :

Missoni ne nous a pas habitués à des décors aussi chargés. Le roi de la maille à rayures et chevrons multicolores
a plutôt besoin de vide pour mettre en valeur ses imprimés géométriques. Pourquoi ce brusque changement ?
En fouillant dans l’actu de la marque, j’apprends que Missoni a décidé, pour la saison 08/09, “d’élargir son vocabulaire”
et “d’abandonner son champ lexical habituel”. Les rayures, chevrons, motifs hypnotiques, se retrouvent donc,
par transfert, sur tous les éléments de décor de cet intérieur bourgeois flamboyant. Il faut que Missoni reste Missoni.

missoni4.jpg

missoni6.jpgmissoni1.jpg
missoni7.jpgmissoni8.jpg
missoni2.jpg

Pourchet 08/09 :

pourchet1.jpg
pourchet2.jpg

Moschino printemps/été 08 :
moschino.jpg

Chaussures Cosmo 08/09 avec leur nouvelle typo "bijou" :
cosmo.jpg

Madonna pour Louis Vuitton, printemps 09 :

vuitton1.jpg

04 décembre 2008

Le fond de l'air est vert

Un peu à la façon de la gamme des violets, les verts s’installent durablement dans le paysage publicitaire,
mode et déco. Afficher un vert bien assumé place tout de suite dans l’air du temps, et ce depuis plusieurs saisons.
Non, il ne s’agit pas des verts typés écolo qui fleurissent dans les pubs industrielles ou territoriales. Ici, point
de vert prairie, de vert céladon, de vert d’eau ni de vert anglais incarnant “l’idée” de nature. Mais plutôt des verts
pistache, avocat, olive, fenouil, anis. Un violent goût de potager, à mille lieues du politiquement correct insipide
censé adoucir l'univers impitoyable des grosses compagnies.

Just Cavalli de Roberto Cavalli 08/09 :

justcavalli3.jpgjustcavalli2.jpg

justcavalli1.jpg

Louis Vuitton 07/08 avec Scarlet Johansson :

vuitton.jpg


DKNY 08/09 – Paul Smith 08/09

dkny.jpgpaulsmith.jpg

Agyness Deyn dans le mensuel féminin musical Diva – Campagne d'affichage & presse Dim 08/09 – Les Putafranges dans L'Express Styles :

agyness diva.jpgdim.jpg
putafranges.jpg

31 mai 2008

Heureux qui mobilis

Eastpak, AOL et la marque de sportswear allemande Timezone ne se sont sûrement pas donné le mot.
Pourtant, ces trois hurluberlus à la modernité un peu extrême se ressemblent. Dans leur façon d’appréhender
la vie comme une grosse éclate, de dire quelque chose avec chaque détail de leur look. Leur accastillage,
devrais-je dire, car rien ne saurait empêcher ces trois personnages de porter sur soi, d’emporter
avec soi tous les attributs de leur “soi” profond.  Le règne de la mobilité a commencé et le monde appartient
déjà à ceux qui ont pris le train à l’heure.

Le zombie hyper stylé de la saga  Eastpak affiche sa triple identité rock, électro et hip-hop. Il ne quitte jamais
sa platine vinyle, qui le suit partout dans l’espace-temps. Accroches :  “I love life”, “Built to resist”.

2077769158.jpg
Entre son addiction à la connexion permanente, les sports de glisse et les costumes bien coupés, “le geek à skis”
d’ AOL a choisi de ne pas choisir. Ce sera tout, tout de suite, partout. Accroche :  “Vous, entièrement”.

1625472638.jpg
Ricoloop est le “one-man-jam” de  Timezone. Fou de musique, il a décidé de traverser la vie comme
l’homme-orchestre Rémy Bricka traversait nos émissions de variétés : avec tous ses instruments sur le dos,
en toutes circonstances. Accroche : “Live your passion”.

1123100585.jpg

18:19 Publié dans Style | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : eastpak, aol, timezone, attitude

23 mai 2008

Zeugma or not zeugma ?

Pataugas, la chaussure tout-terrain appréciée des scouts, est née en 1950 au pays basque. Au début des
années 2000, à la faveur d’un lifting d’image, elle devient tendance, urbaine même (un produit outdoor
“avec un traité ville sophistiqué”). Mais pour  garder son âme,  la marque a conservé sa philosophie d’origine :
découvrir de nouveaux territoires. Écologie et goût de l’aventure, “les clés patrimoniales qui ouvrent les routes
de l’avenir”. Authenticité, donc, parfaitement portée par cette fille hypernature au décoiffé de baroudeuse,
au marcel destroy tenant un gobelet usé, écrasé mais non jeté !

990810357.jpg

Et maintenant, le message. “Routes, rues, avenues et ailleurs”. Vous ne remarquez rien ? Le “et ailleurs”
apporte comme  une surprise, un décalage.  Parce qu’il s’agit d’un adverbe, et qu’il est coordonné à une série
de… noms. On s’attendrait, en toute logique, à une progression du type “Routes, rues, avenues et autres
voies”, ou bien “Sur les routes, dans les rues, sur les avenues et ailleurs”. C’est le mix 3 noms + 1 adverbe qui crée
une rupture
. Cette figure de style (car c’en est une) porte un nom : le zeugma. Convoquer une classe grammaticale
inattendue dans ce contexte, c’est comme ajouter 
une dimension… inespérée à  notre conquête du monde.  
C’est dire : la Terre m’appartient… et même la Lune si je veux !

Autres types de zeugma :
Ionesco : “Le yaourt est excellent pour l’estomac, les reins, l’appendicite et l’apothéose”
(coordination de 3 éléments concrets + 1 abstrait).
Apollinaire : “Sous le pont Mirabeau coule la Seine/Et nos amours” (coordination sens propre + sens figuré).

21:40 Publié dans Message | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pataugas, zeugma

21 mai 2008

Mise en scène, mise en page, mise en pub

Le publirédactionnel est un objet publicitaire personnalisé conçu de façon à s’insérer harmonieusement dans
une publication en adoptant le plus souvent ses codes graphiques, sa maquette, etc. Dans cette optique, il peut
être réalisé en partenariat avec la rédaction du magazine. Du coup, le lecteur, s’il y prête un œil distrait, n’y voit
que du feu, même si la mention “publirédactionnel” est obligatoire. Il est persuadé d’avoir affaire à une vraie
page de magazine, pas à  une pub déguisée en rédactionnel.  C’est une pratique extrêmement fréquente dans
la presse féminine. Voici deux exemples qui concernent des marques de basket : Converse et Reebok.

Converse insère dans le magazine de cinéma Première un “publi” intitulé  Converse : la Filmo,  soit cinq décennies
de films dont les héros portent le modèle mythique de Converse, Chuck Taylor All Star. Ce pourrait être
un “sujet mag” comme un autre, et pourtant… c’est de la pub.

723502279.jpg

1383352727.jpg1725392334.jpg
2077382006.jpg

Reebok, pour fêter les 20 ans du modèle Freestyle, a choisi le magazine de mode  Crash  pour inaugurer
la saga publicitaire  Reebok Freestyle Cities Collection.  Sur ces deux doubles, tout le texte est composé comme
les chapeaux dans le reste du mag : même typo, même casse (tout-capitales), même graisse, même corps.
Le nom des guest-stars (la chanteuse Yelle pour Paris et une danseuse tokyoïte), lui, affiche la même couleur
de contraste (un genre de bleu lavande light) adoptée partout ailleurs dans le mag.

558433438.jpg
367667397.jpg1820435861.jpg
1478658512.jpg
1160231288.jpg

16 mai 2008

Encore plein de lettres pleines

Les lettres pleines,  ça continue.  On ne remplit plus seulement les O, les A, les P... mais aussi les M, les N...

L'album  Asia Argento   vs Antipop, Archigram & Friends - La couve du roman  Rockstar  d'Alexandre Julhiet.


67480578.jpg
1761487816.jpg

Jaquettes de CD,  Hocus Pocus  et   Electric Mop Popp
 
2112289313.jpg
1371766836.jpg

Double d'ouverture de la série mode  Tenues de gala  dans le magazine Mixte de mai 2008.

362945340.jpg 1825150570.jpg

L'affiche  Urban Beauty Show,  l'événement  mode+art+musique de Fornarina, le 12 mai au Carrousel du Louvre..

1181699732.jpg

11 mai 2008

The place to be... seated

Dans  ma note du 12 avril,  je vous montrais des piles de mags trônant au beau milieu d’un visuel de pub ou d’une photo de mode. Un élément de décor identitaire sur lequel on peut s’asseoir, poser négligemment ses petits objets perso,  étaler son égo, aussi.  Le Book Stool est un tabouret design formé d’une belle pile de mags retenus par une sangle de nylon. 25 euros. À ce prix, vous n’aurez que la sangle, car c’est à vous de fournir les magazines. Gare au choix crucial de la couve qui figure tout en haut de la pile…

1260021751.jpg

22:28 Publié dans Objet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tabouret, book stool

09 mai 2008

Dare or die : drôle de loi du désir

À l’origine de Dsquared2, Dean et Dan Caten, deux jumeaux canadiens qui ont réussi à imposer au monde
de la mode leur sex-appeal déjanté.

La campagne automne/hiver 2007/2008 prenait place aux abords des soubassements d'un pont autoroutier,
zone de non-droit idéale  pour des courses de vitesse hors la loi, terrain privilégié des règlement de comptes
où l’on balance les cadavres au crépuscule. Des trucs auxquels la jeunesse dorée vient se frotter lorsque
les pool partie saupoudrées de cocaïne  ne lui font plus ni chaud ni froid.

1903302019.jpg
919760723.jpg
196232931.jpg

Et comme, par nature, il en faut toujours plus aux adrénalinomanes, la campagne printemps 2008
(également signée Steven Meisel) monte d’un cran dans la transgressivité pour atteindre le dérangeant.
Des parties de jambes en l’air avec crash test dummies en miroir, c’est une esthétique qui évoque Crash,
le film de Cronenberg.  Orgasmes mentaux sur fond de tôle froissée,  comme une version métallique
du jeu du foulard.

900291859.jpg1913202627.jpg1332285043.jpg

05 mai 2008

Dernières leçons d’apesanteur

Un petit séjour outre-Pyrénées m’a permis de constater que là-bas aussi, la presse féminine se porte bien.
Entre deux pages du Elle ou du Glamour espagnol, j’ai trouvé un catalogue  Desigual  plein de ces gracieux
bonds en apesanteur  (légèreté, audace, primeur) dont les Catalans excentriques ont le secret. Promis, c’est
la dernière fois (de la saison) que je vous parle de Desigual.

 792885453.2.jpg1759642141.jpg1434594221.jpg408750147.jpg624763379.2.jpg304238973.jpg


09:31 Publié dans Composition | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : desigual, espagne

18 avril 2008

Quatre American dreams

caf953e0da800e5bcac52e48675dd7f9.jpg

Avec la campagne “I have a dream”, le jeaner italien Meltin Pot remixe avec conviction  quelques fantasmes primaires de l’American dream.  La victoire sur l’adversité, l’anonymat, la mortelle condition. Ce pouvoir
sublimé, c’est celui de l’imaginaire, la force du désir de conquérir, de dépasser.  Avoir envie !  I have a dream…
C’est aussi le début du célèbre discours prononcé par Martin Luther King, évocation d’une Amérique idéale
du mélange des races. Un idéal qui nous renvoie justement au melting pot, le creuset mythique où devaient
se fondre tous les talents bâtisseurs d’une nation nouvelle.

D’un seul geste héroïque,  je détruisais toute la laideur du monde.

262c1250c0b32631065bfcfe228fcd47.jpg

J’affrontais la grande faucheuse  à mains nues.

9f73954f4de17aa4a8d9895b3852bdba.jpg

Le chemin de la gloire  était pavé de bonnes intentions.

8dafdbdfcdaee5600380c848e6033184.jpg

Je mettais  l’Amérique à mes pieds  avec trois riffs de guitare.

3d73ff57d8aa9d4e7e6ef27329a8cf2a.jpg

12 avril 2008

Montre-moi tes piles de mags...

... je te dirai quelle fille tu es.

Sur ces trois visuels (une pub, deux séries mode), la pile de mags est au centre du décor. C'est un peu
un truc de frime, comme de poser  façon sur le vif devant sa collection de vinyles, en choisissant avec soin
les pochettes les plus visibles. Vous aurez du mal à saisir les détails sur ces images de 12 cm en 72 dpi.
Mais j'ai scruté pour vous les tranches de ces belles revues "dos carré collé".

Parquet en bois à chevrons, moulures, carnet moleskine, poudrier, sandales girly et verre d'eau élégant
voisinent avec une collection d’AD = Architectural Digest,  le magazine de déco et d’art de vivre
haut de gamme dont la version française a été lancée en 2000 par Condé Nast, l’éditeur de Vogue,
Glamour et maintenant GQ. La femme Cosmo est bourgeoise, féminine, coquette, mais aussi saine,
active et cultivée.

Chaussures Cosmo, printemps 2008 :

 5b8275c7be4545cfe5dc0d529f2f49b5.jpg

Chez  Muteen,  on est à cheval entre la tendance et le culturel, option avant-garde :  Les Inrockuptibles,
Rendez-Vous 
(culturel parisien gratuit très bien écrit),  Another Magazine  (anglais haut de gamme
dont le titre parle tout seul),  Flaunt  ("Frime", mag branché de Los Angeles au graphisme décomplexé et innovant), 
Wad  (= We are different, bible trimestrielle des tendances en France),  W  (énorme pavé US au format
et au papier particuliers, avec ses magnifiques couves de stars),  Nylon  (un féminin new-yorkais rock, sexy
et audacieux avec un super site web),  Self Service (bimestriel anglais autoproclamé plateforme
d’expérimentation en photo, graphisme, style et ton)… Plus grand public, on reconnaît aussi le “f”
de  Version fémina  et le “E” de  Elle…

Muteen n° 46, déc. 07/jan. 08 :

651cdcb78018447a264dc6c7acaa02f8.jpg

Chez  Citizen K,  c’est le luxe classique qui domine :  Vogue, Numéro  (le féminin de luxe du groupe Ayache,
aussi haut de gamme que Vogue mais plus dépouillé),  Surface  (mag de déco US très haut de gamme,
reconnaissable à sa petite étoile*),  A+  (mag d’architecture de référence en Belgique), plus une publication
du groupe américain Spruce, spécialisé dans la gastronomie de luxe…

Série mode dédiée à la marque Diesel, Citizen K n° 45, automne/hiver 07/08 :

4de1f7203a8ab732f6e7cb902a7aeadc.jpg

17:10 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cosmo, Muteen, Citizen K, presse

04 avril 2008

Leçon d'asymétrie dans l'espace

Desigual est une marque espagnole débarquée en France il y a à peine deux saisons, comme Nice Day/Nice Things ou les bijoux Uno de 50. Dans la  précédente campagne Desigual,  tout l’esprit de la création catalane se résumait dans ce bond féminin en apesanteur à mi-chemin de la grâce et de l’audace. Ici, même aisance corporelle, même maîtrise de l’espace. Et puisque “desigual” signifie “inégal”, il est marrant de noter qu’à l’asymétrie de l’imprimé répond une symétrie absolue du corps dans lequel s’inscrivent sans complexe  triangles équilatéraux, trapèzes, étoiles et autres figures familières de nos leçons de géométrie.

31646c94b6b9e8aacfe4a8a0a6dded8c.jpg

La campagne automne/hiver 07/08 :

8a5e46e0e089075ff2761fa924262eac.jpg

31 mars 2008

Énoncer la couleur

Les magazines féminins se fendent de séries mode "spécial couleur" ou de pages shopping à thème
monochrome. Le shopping rouge, le shopping jaune, le shopping vert...  L'occasion pour les titreurs de dégainer
tout  l'arc-en-ciel des expressions chromatiques  les plus éculées : voir rouge, la vie en rose, se mettre
au vert... Et la typo dans tout ça ? Aucune raison qu'elle ne soit pas de la fête !

Cosmo  avril 2008. Les titres des numéros précédents étaient d'une seule couleur. L'effet printemps !
Biba
  janvier 2008. Biba fait depuis longtemps des arcs-en-ciel dans tous ses titres d'ouvertures avec des combinaisons très travaillées.

9cd099dd07dd49b4d5304be5422c443b.jpg

7c8e2af4892bc5885fb07cb728d54e12.jpg


Marie Claire  mars 2008. Le titre "Colorama" a été vu cent fois la saison dernière...
Muteen  février 2008. Ce dégradé faiblard donne une idée de ce qu'est devenue la qualité graphique
de ce canard qui semble fait à l'arrache avec trois bouts de ficelle. 
 
2909288b02610783bbf85ba2043187e4.jpg2f9198284f751681a8f794f6f86faf5a.jpg

Extrait du site web de  Nylon  (Clémence Poésy, Anja Rubik, Chloe Sevigny). Très bel assortiment de demi-saison !

db253a140f95f2f100a74a0d55022932.jpg

Enfin, rien que pour le plaisir d'exhumer une archive précieuse, la couve du  mini Jalouse  de mai 2003.
Admirez le répondant du maquillage... Jalouse a arrêté de proposer ses "mini" (que je collectionnais) en 2005,
au moment où le format se généralisait pour tous les autres féminins.

9611fb4bbda491c5a7ea04c55afea892.jpg
 
Un chapeau entier dans Obstyles n° 9, 10 avril 2008 :

cda7bfc31febe1a3bf7cd543803c6229.jpg

23 mars 2008

Frisez-moi ça !

Après des années d'une  dictature de la raideur  qui a dû faire le bonheur des fabricants de fers à lisser,
les boucles sont de retour. Et je ne parle pas là du négligé cool des chevelures souples revenues de la plage,
ni de la minivague dégradée de la fin des 80's mais de la bonne grosse  boucle haute tension.

Anja Rubik  pour H&M  –   Lily Donaldson,  qui passe au blond par la même occasion, pour Max Mara.

7e87a452fb65663660e6809a967b8289.jpg

8c482acf721198eb8814bc235ebde64f.jpg


Bette Franke,  sorte de Jeane Manson moderne, illustre le sujet "Faces" dans Crash n° 44.

60256fea683ead1452e52f1de87bcba4.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu