Avertir le modérateur

28 octobre 2010

Pub Calvin Klein censurée : ceci est-il un viol ?

Une image de viol est-elle un viol ? C'est par oui que répond l'Advertising Standards Bureau australien, équivalent de notre Autorité de régulation, en censurant cette pub Calvin Klein. Pour prendre une telle décision, le Bureau a dû se prononcer sur trois questions :

1) Cette photo représente-t-elle ou évoque-t-elle un viol collectif ?

2) Y a-t-il consentement de la femme (auquel cas l'hypothèse viol ne tiendrait plus) ?

3) Même s'il peut ne pas y avoir viol, cette image est-elle "viol-ante" ?

calvin klein jeans.jpg

1) Ce qui milite en faveur du <viol collectif> :

. la présence de /trois hommes/, appelons-les H1, H2 et H3.

. la /participation active/ de chacun : H1 assaille, H2 tient la tête de la femme, H3 maintient le bassin de la femme en faisant "mur" avec son dos (effort dénoté par le froncement de ses sourcils).

. la /sérialité/ de leurs rôles respectifs : H1 prend son tour, H2 attend le sien (sa braguette est déjà ouverte), H3 passera en dernier ou est déjà passé, le fait qu'il porte sa chemise le rend en tout cas plus éloigné de l'acte.

. leur /interaction/ dans l'acte : H2 encourage H1 en lui "flattant l'épaule".

. les 3 beaux gosses gominés, la désinvolture de l'alumette mâchouillée renvoient au stéréotype du <voyou des 50's>.

. le /grillage/ qui évoque une <rétention>, une <séquestration>.

 

2) Ce qui milite en faveur du <consentement> :

. l'/absence de mouvement de lutte/.

. la /bouche qui ne crie pas/.

. le /visage dépourvu d'expression d'effroi ou de souffrance/.

. la /position des mains qui semblent participer au déshabillage/ du haut du corps de la femme (elle tient son propre débardeur ou soutien-gorge).

 

Donc, ceci n'est pas une scène de viol, mais un viol esthétisé, un fantasme de viol. On n'est donc pas dans le premier degré mais dans le porno chic. D'ailleurs, pour preuve, voici tout ce qui milite en faveur du <porno chic> :

. une telle /densité de chairs nues appartenant à des corps différents/, c'est l'<orgie>, la <partouze>.

. le /grillage/ à nouveau, associé aux autres traits ainsi qu'aux graphs que l'on devine sur le muret, évoque le <terrain vague>, la <zone de non-droit>. Un peu comme dans ces visuels DSquared2 saison 07/08 :

dsquared 07-08 a.jpg

dsquared 07-08 b.jpg

. la lettre /X/, nom de la ligne de jeans, renvoie au <cinéma porno>.

. l'association de l'esthétique gay portée par les hommes et de l'hétérosexualité du viol apporte une transgression supplémentaire.

. les /traces de peinture rouge/ rappellent les Contacts peints de William Klein (ci-dessous à gauche), ouvertement plagiés dans les campagnes Galliano 2007... Ainsi, fort de son homonymie avec le photographe, Calvin Klein s'approprie la démarche artistique qui consiste à inscrire dans le processus créatif la revendication d'un choix d'image. Marquer ainsi impulsivement, violemment, une photo de rouge pour signifier son choix, c'est dire « Oui, ceci est bien mon propos, que je revendique et j'assume ».

wklein1.jpggalliano2.jpg

galliano1.jpg

 

3) Alors, un fantasme de viol, un désir de viol, un viol comme jeu consenti sont-ils des viols ? Non. Mais une image de viol massivement diffusée, en revanche, n'en constitue pas moins un viol de l'image de la femme. Et c'est cela, je crois, qui a été censuré.

Commentaires

Excellent Sophie ! Superbe boulot.

Écrit par : Fabienne Hauchart | 28 octobre 2010

Je suis d'accord avec la plupart de l'analyse. Mais les signes de "non viol ou de consentement" ne me paraissent pas évidents (la lutte? 1 contre 3..., participation au déshabillage ou ultime tentative de résistance justement?...). Pour moi le grillage évoque aussi la banlieue, la zone et donc par extension grossière peut-être, le phénomène des tournantes... Pas facile ce sujet donc bravo pour cet éclairage courageux et intéressant !

Écrit par : gaelle | 28 octobre 2010

@Fabienne : une fois encore, merci. Oui vraiment, ça me va droit au coeur !
@Gaëlle : tu as raison, j'ai réfléchi. D'abord la lutte : je suis allée rechercher ce que dit Virginie Despentes dans King Kong Théorie à propos du viol qu'elle a subi sans pouvoir se défendre alors qu'elle était armée d'un couteau. "Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force". Parce que se faire violer, en soi, ça paralyse.
Ensuite je me suis rappelé la façon dont beaucoup de femmes violées décrivent cette expérience : "J'étais comme détachée de mon corps, moi en suspension, mon corps en dessous." Seule façon de ne pas être détruite mentalement par cette violence.
Quoi qu'il en soit, mon propos est de dire : même si cette image illustre un jeu, un fantasme, ça n'en reste pas moins une image qui viole. Alors, si en plus ce n'est pas consenti... a fortiori.
Merci pour vos commentaires !

Écrit par : Sophie Ceugniet | 28 octobre 2010

@Gaëlle : et à propos de l'association grillage = banlieue = tournante, je suis d'accord, sauf que ce grillage-là pour moi renvoie à un truc typiquement de banlieue américaine (les ghettos, les terrains de basket etc.) alors que le mot tournante fait plus banlieue française, même si ça doit exister ailleurs ! la notion de "zone de non-droit" regroupe un peu tout ça...

Écrit par : Sophie Ceugniet | 28 octobre 2010

L'Art ne s'explique pas!

Écrit par : CERVOLILMITE | 29 octobre 2010

Moi le visage du mannequin femme ne ma paraît pas spécialement passif ou consentent, j'avais à première vue l'impression qu'elle fronçait les sourcils.
Ses mains sur son soutien gorge sont peut-être pour le maintenir en place aussi.

Et puis il faut arrêter de croire au vieux mythe du viol consenti. Ca n'existe PAS.

Je crois vraiment que c'est une image de viol, transformée artistiquement, mais cela n'en diminue pas le message. Toutes ces pubs sont honteuses.

Écrit par : Chrysa | 29 octobre 2010

"L'Art ne s'explique pas" ?!? si l'art ne s'explique pas il se commente et ouvre le débat. De plus, nous parlons de Publicité. Très interessant d'interpreter le langage et les signes contenus dans cette image. En tout cas difficile de juger du consentement de la demoiselle et donc s'il y a viol ou pas mais en revanche l'ambiguité est très bien entretenu et c'est là je pense que cette image ne peut etre diffuser qu'aux yeux d'un public averti.

Écrit par : gwadaniko | 29 octobre 2010

Des visages pales de voyous, une femme au regard inexpressif, il n'a aucune beaute dans cette pub.

Écrit par : Nadichka | 29 octobre 2010

Si déjà la question "viol où pas ?"se pose, c'est que la photo publicitaire joue sur ce terrain malsain pour faire parler de la marque à vendre.
Donc, je ne vais pas plus loin dans le débat,
c'est malsain donc c'est négatif.

Écrit par : Nexit | 29 octobre 2010

ça pourrait aussi bien être un spectacle de dance,mais les vieilles adepte du féminisme narcissique dirat:la gentille fille et les vilains garçons....Entre le noir et le blanc,il y a la place pour le gris,justement peut un peu non pas grivoit mais gris par un verre d'alcool.

Écrit par : VOL AU DESSUS D'UN NID | 29 octobre 2010

H1 -Eh bien dis donc, elle a l'air d'être complètement partie.
H2 -Tu crois qu'elle est restée longtemps dans l'eau ?
H1 -Sais pas dire. Tu sais, j'ai fait secourisme, mais c'était il y a dix ans chez les scouts.
H3 -Bon sang, j'en tiens une, moi, quelqu'un a vu mes allumettes ?

Écrit par : Phil | 29 octobre 2010

ça pourrait etre tourné dans un film de jeam dean,la jeunesse rebelle qui perd un peu la tête,justement les regards sont orientés vers le coup de la jeune fille, les corps partiellement denudés dénotes du "chaud" dans le climat,qui n'est pas détendu,cependant le visage de la fille,ne dit pas quelle n'est pas concentante,désolé,la preuve,il sagit d'une photo préparée,pour une pub!.

Écrit par : PËLEMAIL | 29 octobre 2010

Les gens ne sont pas suffisamment grands pour faire la différence entre une photo, belle au demeurant et la réalité et l'apprendre à leurs enfants?
La marque a mis en scène le même genre de photos en remplaçant la jeune femme par un jeune homme nu tout autant entouré d'autres garçons. Et là manifestement cela n'a pas posé de problème!

Écrit par : escoam | 29 octobre 2010

Le fantasme de s'envoyer des jumeaux(melles) existe évidemment alors des triplés...
Un jour on pourra certainement parler de fantasmes sans parler de violence mais ce n'est pas encore maintenant hein, nan nan c'est pour plus tard tant pis hein

Là on voit bien que c'est pas possible tellement ils sont moches les garçons là.
Ah si ! Sont pas un peu gras ? Non ?

Écrit par : LeGoJac | 29 octobre 2010

En tout cas une belle réussite en terme de buzz :)

Écrit par : Calvin | 04 février 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu